Pas d'antenne devant l'école

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A Ventabrun

Fil des billets

vendredi 24 janvier 2014

Pourquoi nous nous battons, à Ventabrun et ailleurs.

Parce que nos enfants, enseignants et personnels sont en danger pour chaque seconde passée dans ces deux écoles. 


                                                 Dans la cour de récréation de Ventabrun, juste devant les classes des deux écoles. 
                                                         (photo envoyée à divers collectifs dans le monde)

  

Pourquoi sont-ils en danger ? parceque les deux écoles sont arrosées par les champs électro-magnétiques de deux antennes opérées par Bouygues sur un pylone opéré par TDF. Nous avons mesurés ces champs avec nos propres appareils, et ils sont suffisament importants pour que les enfants soient en danger par chaque seconde passée dans ces lieux. Des mesures officielles en 2009 ont également montré des taux non-anodins pour des enfants.

  

.

  

Les autorités pensent-elles que les enfants sont en danger ? Hélas Non, les autorités se conforment à des lois qui sont largement obsolètes et inadaptées, basées sur des études datant d'avant la téléphonie mobile, et datant d'avant l'usage des micro-ondes dans la téléphonie. Par ailleurs, les lois françaises ont été "arrangées" par la pression des lobbies de la téléphonie, qui sont extrêmement actifs et attentifs à toute contestation. ( C'est l'opérateur de l'antenne de Ventabrun qui a désactivé les antennes lors des dernières mesures il y a quelque mois, afin que l'on croie que l'école n'est pas irradiée). Du point de vue légal, en France, la situation est normale. Elle ne le serait pas à Monaco, en Italie et dans les pays les plus en pointe dans le numérique, qui ont des législations bien plus restrictives. Ces antennes seraient interdites dans de nombreux pays !

  

.

  

Pourquoi parlez-vous de micro-ondes ? parceque les fréquences utilisées par les antennes-relais (qui sont les mêmes fréquences que celles des téléphones/smartphones/tablettes ) sont dans le domaine hertzien dit "Micro-Ondes". Ce sont les mêmes ondes que celles qui font cuire les aliments à coeur dans les fours à micro-ondes ( en effet, téléphonie 2G/3G/ 4G, fours, wifi, bluetooth, zigbee, wimax, DECT utilisent tous les micro-ondes). Seule la puissance change. Ces ondes "cuisent" nos cellules à distance, mais elles n'ont pas seulement des effets thermiques, mais aussi d'autres effets, sur l'ADN notamment, montré dans des milliers d'études.

  

.

  

Mais les micro-ondes sont elles vraiment dangereuses ? n'est-ce pas psychologique ?  L'argument psychologique est l'argument préféré des opérateurs, avec la complicité de certains milieux politiques et médicaux, qui ne veulent surtout pas attirer l'attention sur les milliers d'études scientifiques qui prouvent la dangerosité des micro-ondes. Des dizaines de rapports compilant des milliers d'études existent dans le monde. Les plus célèbres de ces rapports ( REFLEX, Interphone, BioInitiative (BioInitiative = plus de 1800 études menées dans le monde entier ) concluent tous à la dangerosité des ondes de la téléphonie mobile. Ces ondes ont même été classées en 2011 dans la catégorie des cancérogènes possibles par l'OMS, la plus haute instance sanitaire mondiale...

.

  

Voici un extrait du rapport de l'étude BioInitiative 2007/2012. C'est édifiant.



et ce n'est qu'un extrait....Le rapport complet est disponible ici http://www.bioinitiative.org

Si vous n'avez que peu de temps pour consulter ces centaines de pages, vous pouvez simplement lire la table des matières des différentes preuves de la dangerosité: http://www.bioinitiative.org/report/table-of-contents/

  

.

  

Que dit la Mairie ? La mairie dit qu'elle nous défend mais c'est totalement faux: Christian Estrosi a refusé par deux fois que nous fassions appel à un cabinet d'expertise indépendant pour faire des mesures indépendantes ( à nos frais), ayant trop peur que l'on voie des taux d'exposition des enfants très importants ( l'antenne est à 8 metres de la cour...). A la place, nous avons eu des mesures truquées, voir billets précédents, ne suivant même pas les protocoles de mesures officiels...du vrai foutage de gueule. C'est pourtant le maire qui est responsable de la santé publique dans les locaux publics qu'il gère....vos enfants et les personnels ne sont pas respectés par les autorités.

  

.

  

Que faire ?  il faut d'abord se rassembler, c'est -à-dire amener tous les parents à prendre conscience de la réalité, que leur enfants sont en danger. Les 4 grandes associations dont les liens sont affichés sur ce site leur permettront d'accéder à toute la littérature dans ce domaine. Et nous sommes prêts à répondre à toutes leurs questions. Si nous sommes une majorité de parents actifs, nous arriverons à faire cesser ce danger sur la tête de nos chers enfants, et également sur celle des personnels et enseignants qui sont en première ligne, hélas. A l'école Saint Exupery à Nice, mais aussi à l'école Fuon Cauda du Vieux Nice, des manifestations importantes des parents, allant jusqu'au blocage de l'école, ont réussi à faire changer de place des antennes, ou carrément les enlever. Les parents de Ventabrun sont-ils à la hauteur ?

  

.

Par quoi commencer ?  d'abord s'informer, sur le web, auprès des associations ou auprès de nous. Ensuite agir, et nous avons tous les moyens pour cela. Cela fait 14 ans que des collectifs de parents de Ventabrun essayent de faire enlever ces antennes, et rien n'a abouti par manque de motivation des parents de Ventabrun. Il faut absolument se mobiliser avant que des cas graves de maladies diverses arrivent chez les enfants, les personnels ou les enseignants. La situation est d'autant plus critique que la 4G a été mise en place à l'automne 2013 et que les débits ont plus que doublé. 

  

.

Ne vous faites pas avoir par la propagande des opérateurs, ni les mots rassurants des autorités et de la mairie. Voir ce billet pour bien savoir se défendre contre leurs paroles rassurantes.

  

.

Rejoignez-nous sur la liste de diffusion, et écrivez-nous, nos coordonnées sont ici

mardi 3 septembre 2013

Nos enfants toujours en danger à Ventabrun : comment Bouygues se moque de nous !

Rentrée 2013-2014. Rien n'a changé:

.

Comme l'année dernière, comme depuis 12 ans, vos enfants et enseignants baigneront encore dans la pollution électro-magnétique des lobes latéraux et arrières des deux émetteurs de Bouygues. L'opérateur lançant les services de 4G, il est même probable que la densité de la pollution va augmenter sur la tête de nos enfants et enseignants. Ils sont plus que jamais en danger. 

.

Bouygues se moque de nous ouvertement, sans vergogne:

Revenons sur ces mesures de mai 2013, dont nous avons reçu le rapport officiel, signé de l'ANFR.

Dans les classes coté antenne, là où l'on captait jusqu'à 1,4 Volts par mètre sur les têtes de nos enfants en 2009 ( rapport de mesure officiel de 2009)  la valeur mesurée ce jour de juin 2013 est indétectable, "en dessous du seuil de détection de l'appareil" nous ont dit le technicien et le représentant de l'ANFR, devant des parents médusés. ( Appareil dernier cri, étalonné et certifié).

.

Incroyable ! 

.

Quelques salles plus loin, à 6 mètres de là, de l'autre côté du couloir, face aux autres antennes des autres collines, on a des taux normaux de réception, comme du 0,4 V/m, 0,6 V/m. Ces ondes proviennent d'antennes à plusieurs centaines de mètres de l'école. S'il n'y avait pas ces valeurs, on ne pourrait pas téléphoner correctement.

Le rapport de l'ANFR ne signale aucun étonnement sur ce fait: on est à quelques dizaines de mètres d'une antenne, et les ondes sont indétectables, on se demande comment font les gens pour téléphoner avec Bouygues près de cette école !!!

Comment analyser ces résultats de mai 2013 ? voyons, répétons les faits :

.

  • 2009: 1,4 V/m sur le 1800 mhz ( fréquence des antennes de Ventabrun et de la 4G de Bouygues) dans une classe de primaire, ce qui est beaucoup trop sur des enfants et enseignants qui passent des milliers d'heures et plusieurs années dans ce champ électromagnétique.
  • 2013: en dessous du seuil de détection dans la MÊME CLASSE. Alors que rien n'a changé au niveau des antennes.

.

La seule hypothèse valable est que Bouygues a coupé la puissance de ses antennes ce jour-là. Sans vergogne. C'est odieux, mais ce n'est pas la première fois que des opérateurs le font. Plusieurs associations dénoncent des manipulations de ce genre depuis des années, jusqu'au tribunal.

Comme nous étions étonnés ce jour-là devant cette absence d'ondes, les 3 parents témoins ont demandé au représentant de l'ANFR qui mesurait si l'opérateur pouvait baisser la puissance de ses antennes à distance: "ils peuvent le faire ou les éteindre à distance, d'un simple clic de souris" nous a t-il répondu.

.

Certes, avec ce rapport et ses mesures techniquement corrects, mais reflétant une situation truquée, le maire Christian Estrosi, celui qui nous refuse des mesures indépendantes depuis plusieurs années ( demandez vous pourquoi), va sûrement prétendre qu'il n'y a aucun danger pour les enfants. Il ne se privera pas de le dire, et profitera de la caution de l'ANFR pour le dire haut et fort.

On peut déja entendre ce qu'il vous dira probablement : " Selon le rapport de mesures de l'ANFR, agence officielle du gouvernement, à la suite des mesures effectuées à la demande des parents, grâce à l'intervention du secrétaire général de la préfecture des Alpes-Maritimes, tout est dans les normes, il n'y a aucun danger sur nos enfants, soyez donc rassurés, nous veillons à la santé de nos chers enfants dans les écoles de Ventabrun". Mais les parents ne sont pas dûpes de cette manipulation et de la façon dont on traite la santé de leurs enfants. Je rappelle qu'un maire est un élu, responsable de la santé publique dans les établissements publics qu'il gère et que le principe de précaution est inscrit dans la constitution française.

.

Bouygues qui a probablement éteint ces antennes ce jour-là et l'ANFR qui ne trouve rien à signaler, la mairie qui ne s'étonne pas non plus comment on passe de 1,4 V/m à "en dessous du seuil de sensibilité de l'appareil" ont pris un grand risque dans cette manipulation, car les prochaines mesures devront montrer que les ondes sont également "indétectables"...

.

On ne peut pas nous prendre pour des billes, ni au niveau de la mairie, ni au niveau de l'opérateur, espérant que nous allons nous lasser de vouloir protéger nos enfants contre les cancers et les graves perturbations de santé qu'ils risquent tous les jours. Nos enfants sont en danger, nos enseignants sont en danger. Cette situation doit cesser, et cette antenne de TDF opérée par Bouygues doit être démantelée.

.

Rejoignez-nous sur la liste de diffusion, et écrivez-nous ici

mardi 7 mai 2013

Mesures effectuées le 7 mai 2013 : Miracle ! les ondes ont presque disparu .....

De nombreuses surprises ce matin 7 mai 2013 à l'école de Ventabrun au cours de ces mesures:

.

Les mesures sont été effectuées le 7 mai 2013 au matin par un représentant de l'ANFR, accompagné de son technicien opérateur, mais pas selon le nouveau protocole accredité COFRAC comme l'exigeait le maire, ni selon le protocole de l'INERIS comme nous le demandons !
.
Rappelons que Christian Estrosi a interdit des mesures et expertises indépendantes sous prétexte qu'elles n'avaient pas d'accréditation COFRAC ( et alors que celles que nous proposions sous protocole de l'INERIS auraient dû être bien plus approfondies que des mesures accréditées COFRAC..).


.

Ces mesures effectuées aujourd'hui n'ont donc aucune valeur légale.  Le représentant de l'ANFR nous l'a confirmé en personne devant les parents témoins et stupéfaits.

.

Cette situation est d'autant plus surprenante que nous avions obtenu en préfecture, en présence du secrétaire général de la préfecture, des opérateurs, associations, représentants des mairies, de l'ANFR, que des mesures soient faites avec le nouveau protocole apparu en 2011 ( ANFR DR15-3 ), réputé plus sérieux, bien qu'encore contesté par les associations, qui préfèrent le protocole de l'INERIS ( que refuse la mairie). [La grosse différence est que le protocole de l'INERIS prend en compte les seuils d'exposition maximale, et les heures d'exposition maximale, alors que celui de l"'ANFR-accrédité-COFRAC" ne prends en compte que l'exposition moyenne extrapolée sur 24H]

.

Deuxième surprise: en ce qui concerne les relevés de ce 7 mai, les parents, comme les représentants de l'ANFR qui sont venus mesurer, ont été surpris par le fait que les puissances étaient parfois en dessous du seuil de sensibilité de l'appareil, c'est à dire extrêmement basses, indétectables, tellement que rien n'a pu être noté sur plusieurs salles alors qu'elles ont été mesurées à des taux bien plus importants dans les mesures accréditées d'années précédentes !

.

C'est par exemple le cas, sur les classes du premier étage de l'école primaire coté antenne, sur lesquelles on relevait en moyenne 1,4 volt par mètre en novembre 2009 sur la fréquence du GSM 1800 mhz (fréquence du GSM et de la 4G chez Bouygues qui est l'opérateur de cette antenne), et qui, par miracle pour les enfants de cette classe, ont un seuil indétectable en 2013, alors que le trafic hertzien est bien plus important depuis que les smartphones et autres objets communicants sont généralisés...nous ne sommes pas loin de penser que l'opérateur, averti on ne sait comment, a pu baisser la puissance, pour ces mesures du 7 mai 2013. Les représentants de l'ANFR nous ont confirmé, et trois parents en sont témoin, que les opérateurs pouvaient baisser la puissance à distance, instantanément, d'un simple clic...miracle ! les ondes ont disparu à proximité de l'antenne !

.

La suspicion est d'autant plus grande que, lorsque nous sommes allés dans des salles de l'école orientées dans la direction opposée de l'antenne, et protégées de l'antenne par des murs de béton armé, c'est à dire vers l'Est, vers la Madeleine, en étant par exemple dans le réfectoire, nous avons parfaitement capté et mesuré l'exposition par les antennes qui sont dans les collines en face.
.

Idem lorsque nous nous sommes mis à l'abri de l'antenne de l'école, dans une salle protégée par un mur en béton armé ( l'armature métallique du béton fait Cage de Faraday), mais orientée vers les vallons à l'ouest, dans laquelle nous avons pu capter et mesurer l'exposition par les antennes proches.
.

Mais, je le répète, toutes les salles de classe de primaire au premier étage, au visu de l'antenne, à la même hauteur que les 2 blocs-antennes, avaient une exposition indétectable par l'appareil, comme le montrera le rapport d'expertise je l'espère, alors que les mesures accréditées Cofrac de 2009 montrent des expositions supérieures à 1 V/m...c'est plus que suspect !

.

Nous ne sommes donc pas plus avancés aujourd'hui, et la mairie comme l'ANFR comme l'opérateur pourront se satisfaire que, comme d'habitude, les mesures sont dans les normes, sachant les aberrants seuils français d'exposition maximale autorisée, ceux que la Commission Européenne demande de diviser par 100 ( sur la 3G) dans un premier temps, puis par 300: Oui, les normes françaises autorisent un taux d'exposition maximale 300 fois plus élevé que ce que demande l'Europe...

.


Nous ne sommes donc pas plus rassurés, et nous ne le serons pas non plus dans quelques jours en voyant le rapport d'expertise montrant que l'exposition de l'antenne était indétectable !



.

De plus, nous sommes inquiets de voir que Bouygues ayant nationalement récupéré la bande de fréquence de 1800 mhz ( qui est celle de l'antenne de Ventabrun) pour y exploiter les services de la 4G (très haut débit pour internet sur mobiles: la musique, la vidéo, la TV, les applications sur mobile), il est probable que la pollution hertzienne augmente autour de nos chers enfants, dans les prochains mois et prochaines années, au fur-et-à-mesure que les habitants des collines et des hopitaux de l'Archet (milliers de personnes servis par l'antenne de notre école) utilisent les services de 4G.


.

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, il faut plus que jamais se mobiliser pour faire cesser ce danger sur nos enfants.



Nous n'y arriverons que par la mobilisation générale des parents. Rejoignez-nous.


mardi 23 avril 2013

Prochaine mesure le 7 mai 2013 en présence de parents

On nous annonce qu'une prochaine mesure officielle aura lieu le 7 mai, à partir de 10H, avec le nouveau protocole (de 2011), en présence de parents. 

En prévision, des mesures ont été faites ces derniers temps par nos soins, en divers points, aux mêmes heures, afin de vérifier le jour-même par nos propres soins et le même matériel que l'opérateur ne va pas baisser la puissance des antennes pour le jour de la mesure, comme celà est arrivé à de nombreuses reprises en France.

 Les opérateurs peuvent en effet agir à distance sur les antennes...

mardi 2 avril 2013

Video du reportage de France 3 sur la visite de la Coordination nationale des collectifs contre les antennes-relais

Ci dessous le reportage de France 3 sur la visite de la Coordination nationale des collectifs contre les antennes-relais, le 11 janvier 2013. 

mardi 15 janvier 2013

Les mesures de la préfecture, de Bouygues et celles des parents...

Dans l'article du 12 janvier de Nice-Matin, BOUYGUES conteste que des mesures ont montré des irradiations allant jusqu'à plusieurs volts par mètre dans l'école.

.

Les mesures de 2009:

.

(2009, il y a plus de 3 ans, alors que les smartphones et les tablettes 3G n'étaient pas aussi nombreux et utilisés qu'aujourd'hui)

Ce sont pourtant bien des mesures officielles à la demande de la ville de Nice, qui ont lieu à Ventabrun, le 5 novembre 2009, par le laboratoire d'essai AExpertise, accrédité COFRAC, selon le protocole ANFR/DR15 2.1, et qui montrent par exemple des taux d'exposition MOYENNE de plus de 2 volts par mètre à l'intérieur du logement de fonction du directeur, qui se situe au dessus des classes de maternelle. Cette mesure a été effectuée en milieu de matinée, un moment de trafic assez calme. Imaginons ce que celà pourrait être aux heures de pointe. Je tiens l'ensemble du rapport à la disposition des parents.

.

Dans la classe de Monsieur Selme ce jour-là, à l'école primaire, la mesure à l'analyseur de spectre montre, à cette heure-là de trafic léger, uniquement sur la fréquence du GSM 1800, un champ éléctrique EXTRAPOLÉ de 1,4 volts/m.

.

Qu'est-ce qu'une exposition moyenne ? Qu'est-ce qu'un champ électrique extrapolé ?:

.

Le protocole en vigueur en 2009 ne tient pas compte des valeurs d'exposition maximale des enfants, mais d'une moyenne, calculée avec plusieurs coefficients à partir d'une mesure sur 6 minutes seulement. C'est donc une estimation qui est fournie, qui ne tient pas compte des pics constants que reçoivent les enfants. Or, en milieu de matinée, le trafic téléphonique est bien plus faible qu'à d'autres heures où les gens utilisent énormément leur téléphone portable.

.

Quelle est l'exposition des enfants pendant les gros pics de trafic ?

.

On ne le saura jamais  par des mesures officielles car les protocoles de mesures ne l'intègrent pas. Seules des mesures indépendantes, que nous réclamons depuis un an maintenant, le montreraient.

Mais, par deux fois, par une lettre signée de Christian ESTROSI, puis une lettre signée de Véronique Paquis, LA MAIRIE A REFUSÉ DES MESURES INDEPENDANTES, REFUSÉ UNE EXPERTISE INDEPENDANTE (à nos frais), par le meilleur laboratoire indépendant de France, sous prétexte que l'organisme de mesure n'est pas accrédité COFRAC, l'organisme qui sert au verrouillage de de ce juteux marché de la téléphonie, alors que des mairies partout en France les autorisent avec intérêt pour protéger leur citoyens.

On se demande bien pourquoi la mairie refuse des mesures sérieuses...montreraient-elles d'autres taux d'exposition ?

 

Nos propres mesures dans des classes de primaire, avec du matériel non professionnel, sur une courte durée également, hélas, ont montré des pics jusqu'à 15 volts par mètre, et une exposition moyenne dans certains points chauds ( zones de conjonction des ondes dues à l'architecture) supérieure à 3 volts par mètre. Nous n'avons pas la possibilité de mesurer mieux par nous-mêmes, ni la compétence et l'autorité pour le faire aussi bien qu'un laboratoire indépendant.

.

Les mesures que nous désirons, telles que nous l'avons indiqué dans notre demande, utilisent pourtant un protocole bien plus contraignant de celui de l'ANFR, le protocole de l'INERIS, l'Institut National de l’EnviRonnement Industriel et des RisqueS. 

.

Voir aussi sur ce site:

-les deux articles sur les refus de mesures indépendantes

-les incroyables mesure de décembre 2012 (article "réunion préfecture Dec 2012)

vendredi 19 octobre 2012

Réunion à la préfecture des AM 11 octobre 2012

Trois parents ont été reçus le 11 octobre par le secrétaire général de la préfecture, qui connait bien le dossier. Il nous a cordialement reçu et soutien notre action pour aboutir à un déplacement de l'antenne. Il nous a remis les résultats d'une mesure effectuée par l'Agence nationale des Fréquences la veille, à sa demande, dans l'école, le mercredi. Mesures dans les normes, comme d'habitude, les normes françaises étant ce qu'elles sont ( L'exposition maximale tolérée en France est de 100 FOIS supérieure à l'exposition maximale que recommande la commission européenne et toutes les associations...)

Malheureusement, le rapport montre que seuls trois points de mesure ont été pris... ce qui est ridicule pour des locaux de cette taille, et seulement dans l'école maternelle, au plus près du mat de l'antenne, zone qui est paradoxalement moins exposée, car l'antenne étant en hauteur, et les émissions se faisant avec un cone de 120°, cette zone est bien peu exposée comparativement au reste de la maternelle, et surtout à l'école primaire, dont les classes sont à hauteur des antennes.

mercredi 10 octobre 2012

Réunion en mairie de Nice le 9 octobre 2012

Réunion en mairie hier, présidée par Jean-Robert Lefèvre, Directeur pôle de proximité auprès du Cabinet du Maire, en présence de plusieurs responsables de services municipaux dont la direction de l'éducation, de deux représentants de Bouygues (opérateur de l'antenne de Ventabrun), de trois parents d'élèves dont une représentante de l'association Priartem.

Cette réunion était la deuxième réunion en mairie avec l'opérateur. Au cours de la première réunion, en décembre 2011, Véronique Paquis , adjointe au maire, et Jean-Robert Lefèvre nous avaient affirmé la volonté du maire de voir cette antenne démantelée. Cette volonté est réaffirmée au cours de la réunion. Dans la même réunion de 2011, les représentants de Bouygues nous avaient dit qu'ils lançaient une campagne d'étude pour trouver un autre emplacement qui leur permette de garantir la même qualité de service sur la zone d'émission concernée par cette antenne.

Hier, Bouygues nous a présenté ses premiers résultats: "pas de réponse satisfaisante des propriétaires dans le quartier pour l'instant". L'opérateur annonce également qu'il y aurait une possibilité d'utiliser un bout de terrain municipal sur une colline en face à l'ouest de Ventabrun, si la mairie voulait bien le vendre à l'opérateur ( car la mairie ne veut plus d'antennes sur ses propre terrains...), et si il n'y a aucune gène pour le voisinage.  La mairie doit étudier le cas. Une deuxième possibilité évoquée serait de pouvoir descendre l'antenne plus bas dans le terrain du propriétaire actuel.

L'opérateur n'évoque pas la possibilité de désactiver ses antennes pour éviter l'exposition des enfants. L'opérateur, comme la mairie, prétendent que l'exposition actuelle des enfants est sans danger, "ainsi que les mesures le prouvent. "

--------------------------

A ce propos, un conflit a éclaté dans cette réunion, entre le représentant de la mairie et moi-même, sur ma demande de mesures indépendantes des opérateurs.

En effet, je dénonce la validité des mesures précédemment effectuées:

-les mesures déja effectuées sont toutes payées par un fond fourni par les opérateurs.

-les bureaux de contrôle utilisent un protocole de mesure officiel qui ne prend en compte que la moyenne d'exposition, ne tient pas compte des points chauds ( zones précises dans lesquelles des conjonctions d'ondes créent une exposition très importante), ni des valeurs maximales d'exposition, ni de nombreux autres paramètres pourtant importants du point de vue de la santé. Ce protocole est dénoncé par toutes les associations pour son laxisme. Nous apprenons au cours de la réunion qu'un nouveau protocole vient d'être adopté et sera bientôt fonctionnel.

-les bureaux de contrôles, payés par les opérateurs, sont soupçonnés par de nombreuses associations et collectifs d'informer les opérateurs ( un de leurs principaux clients) de leurs campagnes de mesure, ce qui permettrait aux opérateurs de baisser à volonté le débit des antennes au moment du contrôle.

La mairie rappelle son refus de mesures indépendantes (voir billet sur ce sujet sur le site) utilisant un autre protocole que celui accrédité par l'état, et jean-Robert Lefevre dénonce mon attitude "maladive " d'insister pour avoir des mesures indépendantes  des opérateurs ( pourtant à nos frais).

--------------------------------------------------

Propositions évoquées par le collectif et réponses des participants:

-Je propose de faire des travaux pour réduire l'exposition des enfants dans les classes, avec des revètements muraux spécifiques faisant cage de Faraday, et fréquemment utilisés pour se prémunir des champs électro-magnétiques. Jean-Robert Lefèvre évacue instantanément toute idée de travaux, "puisque l'exposition est très faible ". Cette solution rapide pourrait pourtant régler très rapidement l'exposition des enfants. Du point de vue financier, ces frais pourraient être supportés par l'opérateur ou par TDF, le propriétaire de l'antenne, qui la loue à Bouygues. ( Bail jusqu'en 2016)

-Je propose de chercher une voie règlementaire pour que Bouygues puisse mutualiser ( partager) ses émissions avec les 5 ou 6 autres antennes des autres opérateurs qui couvrent la même petite zone, comme le fait actuellement Free avec Orange, et éteigne l' antenne qui impacte nos enfants. Le représentant de Bouygues prétend que celà n'est pas possible pour des raisons techniques, commerciales et règlementaires.

----------------------------------------------------

Propositions évoquées par la Mairie:

La Mairie va écrire au gestionnaire de l'antenne TDF, qui a contrat avec le propriétaire du terrain, pour lui demander le déplacement de l'antenne.

La Mairie va à nouveau contacter le propriétaire, pour lui proposer le déplacement de l'antenne plus bas dans son terrain.

Le protocole de mesure officiel ayant changé il y a quelques semaines, la mairie propose de faire faire de nouvelles mesures dès que les bureaux de contrôle seront au point. Jean-Robert lefèvre, et également le représentant de Bouygues nous préviennent que les chiffres des taux d'exposition seront "plus importants avec ce nouveau protocole "...Je suis stupéfait d'entendre cette remarque venant des représentants municipaux, qui sont manifestement très bien informés, alors que ce nouveau protocole est encore invisible sur les sites de l'Agence nationale de fréquences et de l'organisme d'accréditation COFRAC.

La Mairie continue d'aider l'opérateur dans sa recherche de nouveaux emplacements pour déplacer l'antenne.

----------------------------------------------------

en résumé, du point de vue des enfants qui sont exposés encore à l'heure où j'écris ce mot, pas d'évolution. Nous prenons cependant acte de la volonté municipale de faire bouger les choses, mais regrettons que des pressions plus importantes contre l'opérateur ou le propriétaire de l'antenne ( TDF) ne soient pas effectuées.

Rendez-vous jeudi à la préfecture avec le secrétaire général....

vendredi 21 septembre 2012

2 ème refus aux écoles de Ventabrun: La Mairie de Nice refuse une expertise complète par un expert Européen DG1A

Ventabrun: Suite au premier refus de mesures indépendantes (= indépendantes des opérateurs) en juin 2012, nous avons demandé en juillet une autre procédure de contrôle de l'irradiation dans les écoles: une "Expertise du niveau maximal d'exposition aux champs électromagnétiques émis par l'ensemble des équipements et des installations d'émissions in situ", effectuée par un expert européen dont voici la biographie:

Docteur Pierre LE RUZ
CURRICULUM VITAE

Missions confiées par des Services Officiels:

1991 - Expert désigné par le Sous-Préfet de Douai dans l’action de la Ville de COUTICHES contre EDF,

1994 - Expert désigné par la commission LANNOYE du Parlement Européen,

1995 - Expert judiciaire désigné par divers tribunaux - TGI et TA de STRASBOURG, TGI de PONTOISE, TA de PARIS, TA de CAEN, TGI de RENNES,
1996

1997 - Expert désigné par le Central Consultancy Register of DG1A à BRUSSELS – N° FRA-21936,

1997 - Expert désigné par l’Union des Transports Publics et par la Direction Centrale du Service de Santé des Armées,

1998 - Expert désigné par la commission du Débat Public sur la THT,


2001 - Expert désigné par le Ministère de l’Economie et des Finances - Antenne Loire Bretagne,

2003 - Désigné comme chairman au Congrès International de l’Electromagnétisme par le Comité Technique de CEM EXPO,

2004 - Expert désigné par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris,

Les expertises du Dr Pierre LE RUZ sont pleinement reconnues comme opposables à l’Administration et à la Justice.
L’accréditation COFRAC dont l’absence lui est parfois reprochée ne concerne en fait que les entreprises et les bureaux de contrôle et son absence est sans objet quand il s’agit d’un expert.

Rappelons également que dès 1981, le Dr Pierre LE RUZ a été Administrateur à la Société Française de Radioprotection – SFRP – en tant que spécialiste RNI (Rayonnements Non-Ionisants).

_________________________

La réponse de la Mairie, en août 2012, par courrier de Véronique Paquis, première adjointe au Maire de Nice Christian Estrosi:

Pas d'autorisation.  C'est donc un deuxième refus de mesures indépendantes dans ces 2 écoles par la mairie de Nice. Le refus d'une expertise est une première en France. Que veut cacher la Mairie ?

Nous consultons actuellement le CRIIREM sur la légalité de ce refus. Il semblerait que la Mairie ne peut pas s'opposer à une expertise au contradictoire, expertise validant ou infirmant les mesures d'irradiation payées par les opérateurs de téléphonie eux-mêmes. Nous préparons un nouveau courrier au Maire de Nice et nous saisirons les autorités administratives et juridiques compétentes pour faire cesser cette obstruction.

 Le Maire devrait être le premier à protéger nos enfants, il est responsable de la salubrité des locaux public qu'il administre, mais on constate que la Ville de Nice est très engagée auprès de cet opérateur de téléphonie, sur de multiples chantiers concernant divers secteurs d'activité. La santé de vos enfants, futurs électeurs, et le démontage d'une antenne semblent loin d'être prioritaires, malgré les efforts de communication de la Mairie qui prétend nous soutenir...


... ces deux refus consécutifs prouvent  qu'il n'en est rien. La mairie montre plutôt qu'elle a quelque chose à cacher en refusant cette expertise qui a pourtant été acceptée par toutes les municipalités de France à qui on l'a demandé.

707 électeurs niçois, parents et familles de ces enfants des collines, enseignants et personnels de ces écoles, ont  pourtant manifesté leur désir de voir cette antenne disparaitre. La Mairie ne peut pas continuer à cacher les vrais taux d'irradiation de nos enfants, jour après jour, années après années. Elle ne peut pas continuer à ignorer que la plus haute instance mondiale de la santé, l’OMS, vient  enfin de classer en 2011 les ondes de la téléphonie dans la catégorie des "Cancérogènes Possibles" ( avec le plomb, les vapeurs d'essence, etc)

 Il est temps que cesse ce mépris de la santé de nos enfants. Il faut maintenant nous mobiliser en masse pour accompagner la procédure judiciaire.

Nous sommes actuellement en contact avec un cabinet spécialisé dans les dossiers d'antennes-relais et ayant réussi plusieurs fois à faire reculer les opérateurs et leurs protecteurs. Nous allons mettre en place plusieurs actions dans les prochains jours, avec d'autres écoles de Nice concernées par le même problème de santé publique.